© 2017 par Galerie Philippe Decorde. 

5 Rue de Molsheim 67000 Strasbourg

  • Facebook Clean
  • Twitter Clean

BOUNOURE & GENEVAUX

BIOGRAPHIE

Guillaume Bounoure est né à Lyon en 1978 et Chloé Genevaux à Strasbourg en 1984. Ils se rencontrent en 2005 sur le site d'architecture expérimentale de Cantercel. Ils commencent à plier la matière en 2006, réalisant des sculptures et petites constructions, pratique qu'ils continuent jusqu'à ce jour et qui a transformé radicalement leur perception du monde.

 

Ils ont étudié l'architecture à Montpellier et Lünd pour Guillaume, Strasbourg et Innsbruck pour Chloé, qui a terminé par un doctorat sur le thème de la géométrie du Pli à Paris-Malaquais. Après leurs études, le Pli leur fournit les moyens de combiner leur travail d'architecte avec des voyages et expositions en Europe, (notamment sous le nom du collectif Archiwaste).

 

Dans leur travail, on note clairement le contraste entre la technique, le contrôle et la discipline propre à l'architecture et l'immédiateté, l'expérience, l'intuition induite par le Pli. Explorateurs infatigables, Guillaume Bounoure et Chloé Genevaux ont fondé l'atelier BOU-GE en 2015, spécialisé dans le Pli.

 

Ils ont travaillé 3 années dans le monde de la R&D et du Design, collaborant notamment avec Airbus et écrit des livres parus aux éditions alternatives-Gallimard, dont "Un nouvel Art du pli ".

 

En 2018, après leur première exposition solo à Perpignan, ils ont décidé de se consacrer exclusivement à leur carrière d'artistes: sculptures et installations sont le fruit d'un travail systématique sur  le Pli.

DÉMARCHE ARTISTIQUE

PLIS

 

Notre pratique artistique a pour origine le pli.

 

Le pli permet une expression plastique originale car le tout y entretient avec la partie des relations topologiques.

 

Cette harmonie sous-jacente aux formes est un thème classique pour l’architecture et la sculpture.

 

L’expression par de simples tôles pliées à froid, sans aucun motif ou décor autre que le pli, rattache ces formes de sculptures à la modernité.

 

La dimension baroque du pli pris comme «sigil» de notre temps éclaire ce travail systématique sur le pli sous un jour actuel.

PLI ET PROCESSUS DE MORPHOGENÈSE

 

‏»Peu importe le pourquoi si l’on a le comment.» AC

 

‏Le pli est un champ d’investigation technique et philosophique original. Il a peu été étudié jusqu’alors faute d’outils de représentation et de conception adaptés à sa nature multidimensionnelle. Le pli est un sujet de recherche pertinent, au point qu’il pourrait dans le futur (un futur peut être proche) révolutionner notre manière de faire l’architecture, le design industriel, la confection de vêtements et donc de penser les objets. Le pli pourrait en outre devenir un concept clef pour la représentation d’idées nouvelles, non plus du point de vue d’un raisonnement linéaire traditionnel, mais dans un contexte de potentialités multiples. Et donc le pli, par essence mobile et agile, pourrait facilement s’adapter comme schéma directeur à des structures de pensée multimodales. (l’arborescence du contenu d’un site web est une illustration bien connue de ce type d’organisation de l’information.)

‏Le pli permet à partir d’une surface continue (un même continuum ) de générer une forme qui s’inscrit dans l’espace et le temps, puisqu’elle aura des orientations fixes et des positions multiples régies par les lois topologiques de la cinématique du pli. (C’est un des sujets abordés dans notre livre Un nouvel art du pli aux éditions Gallimard Alternatives)

‏Ainsi les divers algorithmes constitutifs de la logique du pliage ouvrent en termes de «design thinking», des possibilités comparables au passage du cercle à la sphère en géométrie.

‏Du point de vue artistique, nous (Bounoure & Genevaux) nous sommes intéressés aux divers processus qui sont à l’origine du pli. Certains trouvent leur base dans l’esprit conceptuel rationnel et produisent des formes réglées, d’autres sont issues des interactions du «moi expérimentateur» avec la matière et donnent des résultats aléatoires guidés par le sens du geste et les forces à l’oeuvre dans la nature.

‏Le pli nous inspire car il symbolise à nos yeux, le potentiel de renouvellement mental humain, et donc pourrait, s’il gagne les couches ordinaires de la conscience collective, devenir un art et une manière de «faire avec le monde» plutôt que de «faire le monde». L’art du pli, au même titre que la méditation de pleine conscience, pourrait à mon sens, nous aider en tant qu’humains, à repousser les limites de notre entendement. Le thème du pli pourrait dès lors devenir un système de pensée cohérent et contribuer à former des schémas ou matrices d’explication d’une réalité contemporaine toujours plus complexe.

‏Le pli, générique d’une famille d’espaces et de formes aux possibilités multiples, de par sa nature changeante chargée d’intentionnalité, serait j’en ai la conviction, plus cohérent que les représentations statiques qui ont prévalu jusqu’alors comme «carte du monde».  Au point que la métaphore du pli s’accorderait je crois avec des idées à naitre alliant conscience, intelligence et corporalité comme schéma directeur de la représentation de notre moi humain dans un cosmos incommensurable.

‏Au delà des considérations pratiques et théoriques, je dirais que le processus d’apparition du pli est quelque chose d’émouvant et de comparable à de nombreux phénomènes naturels comme l’éclosion d’une fleur ou l’émergence d’un relief, un plissement géologique, à l’horizon.

‏Notre travail de création s’appuie sur sept processus différents d’apparition du pli. C’est à chaque fois l’apparition d’une intention particulière qui génère l’existence de la forme et du motif du pli. selon le processus activé la forme pliée globale pourra être issue d’une action de dérouler un ruban dans l’espace, d’emballer une forme existante

Si le travail des artistes vous intéresse